La route au tabac

cover124759-mediumJe remercie les Editions Belfond pour ce Service Presse.

♦Résumé♦

 

— Dieu a peut-être bien voulu que les choses soient ainsi, dit Jeeter. Il en sait peut-être plus long que nous autres, mortels. Dieu est un vieux malin. On peut pas le rouler, Lui ! Il s’occupe de petits détails que les simples mortels ne remarquent même pas. C’est pour ça que j’veux pas quitter ma terre pour aller à Augusta vivre dans une de leurs sacrées filatures. Il m’a mis ici, et Il ne m’a jamais dit de m’en aller vivre ailleurs.

 


Mon avis

C’est avec un retard considérable que je viens poster cette chronique. Je suis en période d’examens, avant il y en a eu d’autres, puis j’ai repris le travail, enfin bref, je suis vraiment peu présente ici (et complètement dépassée par les évènements), mais je tenais quand même à vous partager mon avis sur ce livre que j’ai lu il y a un moment déjà.

L’histoire se passe dans la région de Savannah, à la fin des années 20, où les champs de coton et les campagnes ont peu à peu laissé place aux villes et l’agriculture a laissé place aux débuts du machinisme. La route au tabac n’est plus que l’ombre d’elle-même et laisse place à des champs de coton désespérément vide et à la petite ferme des Lester, délabrée et sans charme où s’entasse une famille anciennement prospère. Les enfants sont partis, mais Ellie May, victime de son bec-de-lièvre demeure au côté de ses parents et de sa grand-mère ainsi que de son Cadet Dude. Une saga familiale passionnante, au style très particulier qui a su capter mon attention.

Un autre temps, un autre style pour ce roman vintage réédité. Un roman qui nous choque, nous lecteurs de ce début du XXIe siècle, par sa franchise et ses codes si particuliers. Pourtant, j’ai adoré. Le style est franc, descriptif et laisse passer une multitude d’émotion chez le lecteur contemporain. Il traite à la fois de la pauvreté, de cette soif de survivre à n’importe quel prix, par n’importe quels moyens, même les plus dégradants. Vendre sa fille, son fils en mariage, voler pour survivre, être prêt à tout…

Choquant à la fois par la dégradation humaine dont parle l’auteur, mais également parce que des choses abominables leur paraissent tellement désuètes et le peu de réactions dont font preuve les protagonistes, nous semble en décalage avec la réalité. Pourtant, je suis prête à croire que l’auteur, bien qu’il grossisse sûrement les évènements, décrive plutôt bien l’ambiance de ce temps qui nous semble si lointain.

Les personnages sont tellement différents, pourtant assez peu creusé, une caractéristique qui semble propre au style de l’auteur, et qui donne une dimension émotionnelle tout autre de celle que l’on trouve habituellement.

En bref, une belle découverte pour moi grâce à cette réédition et qui saura ravir tous les amoureux de romans historiques et de sagas familiales du début du XXe siècle. 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s